Comment rédiger une étude de cas ?

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants...

Ouf ! C'est tellement beau, une histoire qui finit bien... Une étude de cas se termine toujours par un "happy end". Elle relate, en effet, la manière dont votre produit ou votre service a changé positivement la vie de votre client. Résistez à la tentation de ne parler que de vous : votre client est précisément le fil conducteur du texte. À vous de subtilement souligner votre contribution, mais sans forcer le trait.

Cinq étapes pour une étude de cas réussie

L'étude de cas s'articule généralement autour de 5 paragraphes. La progression chronologique est importante. Ne brûlez pas les étapes.

  • Présentez le client. Votre client est la "star" de l'étude de cas. S'il accepte que vous vous serviez de lui pour promouvoir votre produit, ayez le tact de présenter son entreprise sous le meilleur jour. La meilleure manière de le faire ? Une brève description en introduction et un cadre distinct pour présenter votre client en quelques chiffres et faits importants.
  • Décrivez le défi. Une fois le client présenté, penchez-vous sur son problème. L'idéal consiste à céder la parole à votre client : demandez-lui d'exprimer, dans ses propres mots, le défi auquel il était confronté. Faire parler le client donnera plus de crédibilité à votre message.
  • Apportez la solution. La dramatisation a fonctionné : le lecteur de votre étude de cas souhaite savoir comment vous avez résolu le problème du client. Donnez la solution. Clairement, en synthétisant précisément chaque avantage de votre produit ou de votre service.
  • Étayez la mise en œuvre. Comment avez-vous mis la solution en service ? Balayez les objections en décrivant de manière proactive les obstacles que vous avez surmontés. Vous renforcez ainsi la crédibilité de votre solution, tout en illustrant positivement votre expertise.
  • Félicitez-vous du résultat. Pas d'angélisme : allez droit au but. En quoi votre produit ou votre service a-t-il permis au client de doper sa productivité, son chiffre d'affaires, son bénéfice ? Chiffrez les économies et le retour sur investissement. Ici encore, cédez la parole au client et soyez concret sur le "return".


Comment conclure votre étude de cas ?

Vous avez suivi le schéma classique ? Parfait. Clôturez en formulant à nouveau la plus-value de votre solution. Mettez vos avantages en scène en les extrapolant au cas du lecteur. Vous souhaitez aller plus loin ? Parlons-en. Prenez contact. Sans arrière-pensée, sans engagement. Juste pour le plaisir de discuter.